Cheminée de toit : réglementation, tubage et ramonage

Rôle de la cheminée de toit et éléments : souche de cheminée, conduit, abergement de cheminée...

La réglementation de cheminée en 2022 et ce que dit la loi sur le ramonage et le tubage.

cheminée de toit

Composition d’une cheminée

Une cheminée est composée de plusieurs éléments :

  • Le foyer, appelé aussi âtre ou insert , là où brûlent les bûches, à l’intérieur du logement
  • L’avaloir, sorte de hotte placée au-dessus du foyer de la cheminée pour aspirer les fumées vers le conduit d’évacuation
  • Le conduit d’évacuation, qui sert au tirage et remonte verticalement vers le toit pour évacuer les fumées
  • Enfin la souche, appelée aussi chapeau ou sortie de toit. C’est la partie visible de « extérieur extérieure du conduit, qui se situe sur le toit. Elle est recouverte d’une lanterne. L’habillage est la « couverture » de la souche, le chapeau se situe au-dessus de la lanterne ou lanterneau, et l’embase ou abergement au pied de la souche pour garantir l’étanchéité de la construction.


Ici nous nous intéresserons au conduit et à la souche de toit (la cheminée de toit en elle-même). C’est-à-dire aux parties verticales et en hauteur de la cheminée, servant à l’évacuation des fumées des gaz de combustion.

Le conduit vertical est généralement composé d’un tunnel en béton (boisseaux) ou briques réfractaires, recouvert à l’intérieur d’un isolant et d’un tubage ou gainage réglementaire. Il est connecté à un extracteur sur le toit, puis à la souche.

composition cheminée

À quoi sert une souche de cheminée de toit ?

Il faut savoir que les gaz de combustion du bois sont généralement toxiques. En plus de véhiculer un risque d’incendie.

La cheminée évacue les fumées et gaz par phénomène de dépression et d’aspiration. C’est le vent qui crée un courant d’air dans le tubage (à condition que l’orifice soit correctement positionné). S’il est mal positionné, il y aura au contraire un phénomène de refoulement, avec la fumée et les gaz qui retournent vers l’âtre, et un danger important d’enfumage, d’intoxication et d’incendie.

La lanterne à fentes placée au sommet de la souche permet de contrôler le phénomène de dépression créé par le vent grâce à des fentes verticales (effet Venturi).

La souche de cheminée de toit est posée directement sur la charpente, ou elle est raccordable au conduit isolé.

Enfin, la souche et son chapeau protègent le conduit de cheminée des intempéries : l’eau de pluie ou la neige qui pourraient pénétrer ainsi que des obturations de l’évacuation (nids, branches, etc.).

Attention : le monoxyde de carbone produit lors de la combustion est un gaz inodore et mortellement toxique.

Les styles de souches de cheminée. Quelle cheminée choisir ?

cheminée maçonnée

La sortie de toit ou souche va s’adapter au style architectural de la maison. Il existe des sorties de toit carrées, rondes ou rectangulaires, préfabriquées ou maçonnées.

La cheminée de toit peut être fabriquée en acier inox avec finition lisse, crépie ou briquettes et le chapeau en acier inox ou terre cuite. Elle peut également être plus ancienne et montée en pierres ou ardoises.

La plupart des souches de cheminée préfabriquées sont équipées de systèmes de réglage d’inclinaison, leur permettant de s’adapter à toutes les pentes de toiture.

La souche de cheminée métallique est très facile à installer et se pose à sec, sans travaux de maçonnerie, ni renfort de charpente (elle est très légère).

La sortie de toit maçonnée en brique se réalise sur place avec l’intervention d’un maçon, qui accordera la forme et la taille de votre sortie de toit en briques au style de votre maison.

La sortie de toit en terre cuite est régionale et traditionnelle, adaptée à la plupart des toitures, mais particulièrement en Provence, Vendée, Languedoc…

La sortie de toit en ardoise sera typique de la Savoie ou de la Bretagne, pour une toiture de caractère.

La sortie de toit multiconduits sera indiquée si vous devez raccorder deux appareils de chauffage.

Réglementation des cheminées de toit

En raison des nombreux accidents domestiques liés aux mauvais usages de feux de cheminée (incendies et intoxications au monoxyde de carbone), les cheminées de toit, conduits et foyers sont soumis à de très importantes règles. Sur leur installation, leur entretien et leur utilisation.

Si vous avez un appartement avec cheminée : vous ne pouvez faire un feu de cheminée que si le règlement de copropriété l’autorise.

La loi sur le tubage d’une cheminée stipule une distance minimale de 8 cm entre le conduit de cheminée et tout matériau combustible.

La norme NF DTU 24.1 régit l’ensemble des travaux de construction et de rénovation concernant les conduits d’évacuation des fumées. Le DTU cheminées impose :

  • que l’orifice de la cheminée soit à la hauteur du faîtage pour toit à fortes pentes
  • qu’il dépasse de 0,40 m pour toit à faibles pentes
  • qu’il dépasse de 1 m l’acrotère d’un toit-terrasse
  • qu’il n’y ait pas d’obstacle qui dépasse la souche dans une distance de 8 m
  • que le conduit soit isolé en passage de plafond, en combles et sortie de toit
  • que les matériaux d’habillage du conduit soient des matériaux M0 et M1 (incombustibles)
  • que le conduit ait une surface d’au moins 1/7 de la surface du foyer
  • que seuls deux dévoiements sont autorisés, ne devant pas excéder 45 degrés.


Gainage de cheminée : les normes 2022

Dans quel cas faut-il gainer une cheminée ? Quel tubage de cheminée choisir ?

Depuis 2012, le tubage d’un conduit de cheminée est obligatoire, dans le neuf comme en rénovation. Il concerne uniquement les installations à foyer fermé comme les inserts, les poêles, à bois, à pellet, à gaz ou à fioul, etc.

Le tubage de cheminée, ou gainage de cheminée, consiste à placer un tube en métal à l’intérieur des conduits de cheminée maçonnés pas toujours rectilignes et parfois victimes de fissures et de fuites de monoxyde. 

Il permet de limiter les risques dus aux fissures, diamètres inadaptés, tirages trop faibles… Le tubage permet également d’obtenir de meilleures performances de chauffe.

Le tubage permet aussi de bien ventiler le conduit de cheminée (à ce titre, le tubage partiel est interdit).

Le gainage va également éviter la corrosion due à l’acidité des fumées, faciliter le ramonage et limiter la présence de bistre (parois lisses)

Les différents types de tubage sont le tubage flexible en simple ou en double peau, ou le tubage rigide inox.

Il est obligatoire de réaliser un test d’étanchéité de l’installation tous les 3 ans.

Le prix du tubage d’une cheminée par professionnel RGE coûte entre 300 et 1 400 €.

Quand faut-il faire ramoner votre cheminée ?

Un ramonage consiste à nettoyer avec une brosse mécanique (hérisson de ramonage) la paroi intérieure du conduit de cheminée afin d’en éliminer les suies et dépôts et à aspirer les déchets accumulés.

Le ramonage est une obligation légale par Ordonnance de police du 5 mai 1975. La loi impose de ramoner votre cheminée au minimum une fois par an. Deux fois dans certains départements. Idéalement avant et après la période de chauffe.

Le ramonage de cheminée est à la charge de l’occupant, qu’il soit locataire ou propriétaire. Le certificat de ramonage doit pouvoir être présenté à votre assurance en cas de sinistre.

Le prix d’un ramonage de cheminée varie en moyenne entre 40 et 80 €. Il doit impérativement être réalisé par une entreprise agréée.

Les bûches de ramonage ou produits de ramonage chimiques vendus dans le commerce ne sont pas considérés comme une alternative.

Guide de pose d’une souche de cheminée

La pose d’une souche de cheminée consiste à poser une souche prémontée en métal, ou à maçonner une cheminée de toit avec briques, colle et mortier.

Vous avez la possibilité d’installer votre cheminée de toiture :

  • en pignon sur l’une des extrémités du toit, parallèle aux vents les plus forts
  • en faîtage, au sommet de la toiture
  • sur le rampant, c’est à dire sur l’une des pentes du toit.


Pour poser une sortie de toit préfabriquée : installez l’embase d’étanchéité à la sortie du conduit de fumée, solidement fixée au liteau. Emboîtez ensuite la souche sur l’embase et consolidez à l’aide de la barre perforée.

Pour construire une souche maçonnée
: cette installation est réservée aux professionnels de la maçonnerie ou de la couverture de toit. Sachez pour commencer que la souche de cheminée pèsera au final autour de 300 kilos, devant résister à des vents jusqu’à 160 km/h, et qu’elle devra reposer sur le chevêtre, en parfaite jonction avec le boisseau. Le tirage devra être parfaitement adapté à votre foyer et s’intégrer sans accroc à l’esthétique de toiture. Il faudra ensuite assurer l’étanchéité extérieure haut et bas et la pose du lanterneau.

Important

Attention : un artisan sera plus apte à s’assurer que votre sortie de toit soit conforme à la réglementation en matière de cheminée. Il sera également équipé pour le travail en hauteur, notamment avec des Équipements Personnels de Sécurité. Le professionnel vous prémunira de tout risque d’accident domestique lié à une souche mal posée.


Le prix d’une sortie de cheminée préfabriquée se situe autour de 700 € (hors pose), tandis que le prix d’une cheminée de toit maçonnée pourra grimper jusqu’à 2500 €. Ajoutez 50 à 500 € pour le système anti refoulement.

Qu’est-ce qu’un abergement de cheminée ?

abergement de cheminée

L’abergement de cheminée permet d’empêcher les eaux de pluie de s’infiltrer par le biais de l’embase de la souche de cheminée. Il assure la parfaite étanchéité de la cheminée de toit. L’abergement fait donc le joint entre la couverture de toit et la souche maçonnée ou métallique.

C’est une plaque de métal aluminium inoxydable protégé par une bande étanche ou un mastic étanche.

Le prix d’un abergement de cheminée en kit se situe autour de 100 €, hors pose.


Prix d’une cheminée

Pour connaître le prix d’une cheminée (partie au-dessus de la toiture uniquement, hors conduit), il faut additionner le prix de la sortie de toit (de 700 à 3000 €), les accessoires (chapeau, lanterne, système anti refoulement), l’embase ou abergement de cheminée et la main-d’œuvre.

Le prix de pose d’une cheminée par un maçon se situe entre 40 et 70 € de l’heure.

Comparez les tarifs des couvreurs