Évacuation des eaux de pluie sur toiture : nos conseils

Les eaux pluviales du toit (pluie, fonte de neige) sont recueillies par les gouttières et évacuées via les chéneaux, descentes d’eau ou chaînes, en général vers le collecteur d’un réseau public.

Elles peuvent aussi transiter par la cuve d’un récupérateur d’eau, que vous utiliserez pour nettoyer votre voiture ou arroser votre jardin (cuve enterrée ou réservoir extérieur).

La collecte des eaux de pluie ne se fait pas n’importe comment : elles ne peuvent pas être mélangées à vos eaux usées.

Évacuation eau de pluie toiture

L’évacuation des eaux de pluie sur votre toiture : pourquoi est-ce si important ?


Les canalisations d’évacuation de vos eaux de pluie doivent permettre l’évacuation rapide, sans stagnation et être bien dimensionnées et entretenues pour s’acheminer sans problème vers la cuve.

thumb-tack

Important

Les mairies ou les communautés d’agglomération ont en charge l’entretien des réseaux de collecte des eaux usées et des eaux pluviales.
Elles font régulièrement des contrôles d’étanchéité. Le raccordement des canalisations sur l’égout public doit être effectué par une entreprise autorisée.

Il convient de se renseigner auprès de la mairie pour savoir si on dispose d’un réseau unitaire ou si les eaux pluviales doivent faire l’objet d’un dispositif particulier de stockage et de drainage.

La récupération des eaux de pluie qui arrivent sur votre toiture doivent donc faire l’objet d’une zinguerie et d’une plomberie performante et aux normes.

Votre système d’évacuation des eaux de pluie aura donc plusieurs fonctions :

  • récupérer l’eau pour votre utilisation personnelle (arrosage par exemple)
  • envoyer l’eau vers un système de dépollution 
  • canaliser le volume d’eau pour éviter inondations de votre toiture et les dégâts sur votre maison
  • empêcher le ruissellement sur chaussée et les inondations

Les dispositifs de récupération des eaux de pluie en toiture

L’évacuation de vos eaux de pluie doit être gérée par un schéma de canalisations et dispositifs divers, qui varient en nombre et en principe selon votre type de toit.

Ce sont essentiellement : les gouttières, les chéneaux, les siphons, les descentes (ou chutes), les canalisations, les regards, des filtres et caissons enterrés, des noues (bassin paysager), des cuves de rétention ou récupérateurs d’eau de pluie...

Chacun a une fonction précise à différents stades, que ce soit collecte, évacuation ou stockage.


Apprenez-en également davantage sur 


Bien choisir ses gouttières pour l’évacuation des eaux de pluie 

Les gouttières existent en différentes tailles, formes, matériaux, avec ou sans grilles de protection (feuilles, oiseaux morts…).

Leur entretien est essentiel pour la bonne évacuation des eaux pluviales depuis votre toiture et pour protéger votre maison de tout dégât des eaux.

PVC, cuivre, en zinc ou aluminium sont les principaux matériaux. Selon le type de gouttière et le matériau choisi, les prix peuvent varier du simple ou double.

La gouttière zinc  est la plus répandue, c’est un matériau performant et recyclable, fortement résistant à la corrosion et aux changements de températures. Sa durée de vie est de 30-40 ans.

La gouttière aluminium est légère et facile à poser, elle dure plus de 20 ans.

La gouttière acier est indubitablement la plus solide, bien qu’elle demande une pose compliquée. Elle dure de 30 à 40 ans.

La gouttière PVC est la plus économique, mais elle résiste moins bien. Sa durée de vie est de 15 ans.

La gouttière cuivre est la plus durable et la plus esthétique, mais la plus chère, elle dure plus de 50 ans.

Pensez à consulter votre plan local d’urbanisme qui peut vous imposer un type de gouttière spécifique (matériau voire forme). Les gouttières imposées sont la plupart du temps en zinc.

Installer des gouttières requiert de suivre une méthodologie précise. Il est conseillé d’être bricoleur si l’on veut les poser soi-même.

Outre les matériaux, il existe plusieurs types de gouttières.

La gouttière pendante est la plus répandue en France puisqu’elle représente environ 80 % des gouttières installées en toiture, elle se pose en avancée de corniche sous le toit. Elle présente un profil demi-rond dans la majorité des cas. Néanmoins, elle peut également présenter un profil carré ou rectangulaire, avec ou sans moulure. L’installation d’une gouttière pendante est assez simple et convient à tous les types de matériaux de couverture.

Comme la gouttière pendante dépasse du toit, vous ne pouvez pas l’installer en limite de propriété, contrairement à une gouttière rampante. La gouttière rampante repose sur le support de la couverture. Elle doit être installée sur un toit dont la pente est importante, car elle doit pouvoir dépasser de la toiture.

Le chéneau n’est pas visible. Il est disposé à la base de la toiture et fixé sur une corniche et possède de plus grandes dimensions qu’une gouttière.

Les étapes de pose d’une gouttière sont :

  1. la pose des crochets de fixation
  2. l’assemblage
  3. la pose de descente ou chute : comptez environ une descente de gouttière tous les 12 à 15 mètres linéaires
  4. l’installation de la canalisation
  5. le raccordement à l’évacuation des eaux pluviales.

Prix des systèmes d’évacuation des eaux pluviales en toiture

Le prix pour la création d’une évacuation des eaux dépend de différents critères propres à la configuration de votre maison.

Prix des gouttières de toiture au mètre

Prix de la pose d'une gouttière PVC, acier ou zinc

30-50 €

Prix de la pose d'une gouttière aluminium

50-150 €

En général on compte de 14 à 300 € le mètre linéaire, avec une moyenne à 75 €.

Le prix d’une gouttière pour une maison de 100 m2 est de 600 € pour une gouttière en PVC, 1000 € pour une gouttière en aluminium et un peu plus pour une gouttière en zinc (hors pose).

L’installation d’une conduite d’eau est une tâche à confier à un plombier ou zingueur professionnel, en particulier s’il doit installer l’évacuation et le raccordement au réseau.

La présence d’obstacles à l’accès de la conduite d’eau (comme des arbres, par exemple) est susceptible d’augmenter le montant de votre facture. La procédure d’accès à la conduite d’eau, ou à son emplacement prévu, constitue en fait la majeure partie du prix de l’installation.

Le prix de l’excavation d’une tranchée se chiffre entre 780 € et 1 100 € pour un raccordement inférieur à 10 mètres, puis 50 € par mètre linéaire supplémentaire.

Puisque les travaux touchent les infrastructures publiques, l’administration est aussi concernée. C’est pour cette raison qu’il faut déposer une demande d’autorisation auprès des autorités communales avant tous travaux. Les frais de raccordement se départagent entre vous et la Mairie.


Apprenez-en également davantage sur 


Évacuation eau de pluie toiture

Le calcul du débit d’évacuation des eaux de pluie

En cas de rénovation de votre système d’évacuation des eaux de pluie ou de construction neuve, il convient de déterminer le schéma et le nombre de gouttières à installer pour évacuer l’eau de pluie correctement.

Ce calcul dépend de la pluviométrie de votre région, la pente de votre toit, et la surface de votre toiture.

En règle générale, pour les toitures en pente de 35 à 80 m², on prévoit un diamètre de 80 mm minimum pour la chute et des gouttières larges de 25 cm. 100 mm et jusqu’à 40 cm pour les toitures de plus de 80 m²,
Pour 60 m², le débit d’eau devra être de 2,6 l/s, 4,6 l/s pour une toiture en pente de 90 m² et 7,5 l/s pour 130 m².
 
Concrètement, si vous avez une toiture de 100 m² environ, on préconisera une gouttière de 33 cm, avec un diamètre de descente de 100 mm pour les chutes, et 2 descentes d’eau (une par pan). Pour une toiture de 195 m² à 4 pans, il faudra 3 descentes.

Si la surface d’évacuation des eaux de pluie par gouttière est légèrement en dessous de ce que mériterait la surface de votre toiture, sachez que les « naissances tronconiques » de gouttières peuvent augmenter leur capacité de 10 %.

Évacuation des eaux pluviales sur un toit plat

Dans le cas d’un toit plat, et en admettant que celui-ci soit correctement drainé, le débit d’évacuation est réduit de 50 % environ.

Lors de fortes pluies, pluies, une retenue d’eau (rétention), provoquant un ralentissement de l’écoulement est souhaitée. Attention toutefois, l’augmentation de la charge occasionée dot être prise en compte par la structure porteuse du toit.

Les toits plats doivent, doivent, en règle générale, générale, être équipés équipés de trop - pleins de sécurité. Ces derniers doivent avoir une section rectangulaire avec au minimum une capacité de débit de 0,7 l/s). On recommande 60 mm de hauteur sur 150 mm de largeur. Les trop-pleins d’avertissement indiquent si le système d’évacuation des eaux ne fonctionne pas correctement.

Pour les toits-terrasses sans possibilité de débordement au bord du toit, on doit toujours prévoir un coefficient de sécurité dans les calculs de ses évacuations d’eaux pluviales.

L’étanchéité peut se faire de différentes manières, mais certains matériaux sont particulièrement adaptés aux toitures terrasses et à leur inclinaison. Les crépines, les garde-gravier et les grilles traditionnelles réduisent le débit de 50 % au moins.

Consultez un spécialiste pour a construction ou l’évacuation des eaux pluviales sur une toiture plate ou un toit végétalisé. Les calculs et systèmes d’évacuation sont du ressort d’un professionnel.


Apprenez-en également davantage sur 


Évacuation des eaux de pluie sur toiture : nos conseils
4.8 (95%) 4 vote[s]