Quelle pente choisir pour sa toiture ? Guide complet

La toiture en pente est la forme de toiture la plus répandue en France et en Europe, mais ce n’est pas le cas partout dans le monde.

Le degré de pente et la forme de la pente de toiture (1 pan, 2 pans, multipans…) ont une incidence sur la pose de la couverture, son étanchéité, son entretien… En France, la pente d’un toit est différente selon les régions climatiques. La pente d’une toiture en ardoise ou la pente d’une toiture en tuile ne sont pas non plus les mêmes.

Les PLU reprennent généralement des degrés de pente (inclinaison de toit) autorisés dans votre commune.

Revenons sur les principales informations à connaître pour le calcul de votre pente de toit.

Toiture en pente

Qu'est-ce qu'un toit en pente ?

On considère qu'un toit est en pente quand sa pente est de 20 degrés ou plus. Les toits ayant une pente de moins de 10 degrés sont considérés comme des toits plats.

Toit en pente : 8 avantages

Avoir un toit en pente a des avantages. Quel est l’intérêt de choisir une toiture en pente ?

  • La toiture en pente est la solution la plus efficace pour assurer une protection maximale. Les bâtiments avec toiture en pente sont environ 10-15 % plus compacts que ceux avec une toiture plate. Ce qui se traduit par une meilleure isolation thermique structurelle, puisque la toiture en pente limite la surface du bâtiment exposée.
    Lorsqu’on sait que l’enveloppe du bâtiment est responsable d’environ 25 à 35 % de la déperdition de chauffage d’une construction, la toiture en pente apparaît naturellement comme protection entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.
  • Les toits en pente résistent bien à la neige, à la glace, à l’eau et au vent. Ils résistent à la tempête grâce à des éléments de ventilation intégrés ainsi qu'à des crochets spéciaux pour les tuiles.
  • La forme généralement triangulaire des toitures en pente donne au bâtiment une meilleure stabilité et robustesse.
  • Elle entraîne aussi un meilleur drainage des eaux pluviales. Ce type de toiture en pente favorise ainsi la réutilisation de l’eau de pluie : le drainage externe est plus facile à modifier et à adapter.
  • Les aménagements et réparations des toitures en pente sont moins coûteux que ceux des toitures plates ou arrondies.
  • La plupart des matériaux de couverture s’adaptent à n’importe quel degré de toiture en pente.
  • Une pente de toit permet d’utiliser les combles comme espaces de rangement ou espaces à vivre supplémentaires, dans le cas où la charpente permet des combles aménageables.
  • Enfin, les toits en pente sont adaptés à l'installation de panneaux photovoltaïques.

De manière générale, un toit en pente est beaucoup moins contraignant qu’un toit plat. Vous aurez moins de soucis d’évacuation et d’infiltration en particulier.

toit avec pentes de différentes inclinaisons

Toiture en pente : 6 inconvénients

Outre les nombreux avantages de la toiture en pente, elle présente néanmoins quelques inconvénients par rapport à une toiture plate :

  • un toit en pente dispose de plus de surface, donc plus de matériaux de couverture sont nécessaires pour le concevoir. La charpente doit donc supporter plus de poids ;
  • il y a donc plus de travail de structure charpente ;
  • Le prix d'un toit en pente est donc aussi plus élevé.
  • Un toit en pente draine davantage d'eaux pluviales : il faut prévoir plus d'eaux à rediriger ;
  • La surface étant plus importante que celle d'un toit plat, il y a une plus grande déperdition d’énergie et de chaleur ;
  • Enfin, contrairement au toit plat, le toit en pente présente des risques de chutes de tuiles, de neige, etc. Il est donc bien important de fixer solidement tout ce qui est incliné sur le toit.

Toit plat ou toit en pente ont chacun leur attrait, mais votre décision se fera sur la base de l’esthétique de l’architecture, de la qualité thermique et des volumes que vous désirez.

Normes et réglementation de la pente de toit

Évidemment, la toiture en pente est soumise à certaines normes et réglementations d’urbanisme. Comme n’importe quel aspect de la construction, il y a des contraintes.

Le degré de la pente est soumis à des règles de calcul et clauses de mise en œuvre sur le nombre de versants, la largeur, les ouvertures, etc. La réglementation impose la pente minimum pour toiture, selon le matériau de couverture et la région.

Le recours à certains matériaux de couverture exige, selon les DTU, une inclinaison minimum de toiture calculée en fonction du matériau. Voici quelques exemples de choix de matériaux en fonction des pentes existantes :

  • choisir un toit en pente en tuile pour une pente minimale pour toiture de 13 % à 45 % (pente minimum tuile terre cuite et pente minimum tuile mécanique) ;
  • opter pour un toit en pente en zinc si pente de 5 % à 20 % (pente minimum toiture zinc) ;
  • un toit en pente en bac acier nécessite une pente au minimum de 15 % ;
  • un toit en pente en ardoise nécessite une pente minimum de 26 % (pente minimum toiture ardoise) ;
  • de 35 % à 45 % pour un toit en pente en chaume ;
  • 40 % maximum pour un toit en pente en béton.

Les DTU (Documents Techniques Unifiés) qui établissent les règles de sécurité pour une toiture en pente sont complémentaires du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de votre commune, que vous devrez impérativement consulter et respecter.

Il existe 3 DTU sur les toits en pente :

  1. NF P 36 201 sur la répartition des descentes d’eau verticales.
  2. DTU 40.5 sur la mise en œuvre de l’évacuation des eaux pluviales.
  3. DTU 60.11 sur les dimensions et les règles de calcul des canalisations.
forme de toit en pente

Copyright Constructions Robert Brouca

Les formes de toiture en pente

Une fois que vous aurez déterminé quelle pente pour une toiture vous devez adopter, il vous restera à choisir l’architecture de votre toit en pente : toit une pente, toiture en pente moderne ultra inclinée, toiture de faible pente 5°, toiture une pente, charpente apparente, etc.

Voici les principales formes de toiture en pente :

Le toit monopente

Le toit en pente monopente a un seul versant de toiture pentu. On le retrouve essentiellement dans les régions montagneuses, car ce type de toiture est particulièrement efficace pour évacuer la neige et empêcher qu’elle ne s’accumule. Le toit monopente nécessite une charpente toiture 1 pente.

Le toit à 2 pentes

La forme de toit en pente la plus commune et la plus simple est le toit à 2 pentes (ou versants). Pour lui donner un peu de caractère, les architectes peuvent toutefois apporter un style à la toiture en lui ajoutant une croupe, des lignes de coyau ou des lignes de bris.

La charpente et la couverture d’une toiture à 2 pans sont assez simples et les plus économiques à réaliser. Généralement, il y a deux murs porteurs en pignon.

Il est possible d’avoir deux pans à des niveaux différents, les pentes n’ont pas à être identiques des deux côtés.

Le toit à 4 pentes

Le toit à 4 pentes est plus rare, mais il est néanmoins classique. Ce type de toiture à 4 pans dispose de quatre versants généralement égaux qui se rejoignent au sommet.

Il est possible d’avoir un toit multipans, avec tourettes, etc. sur une architecture de style classique par exemple (type chaumière ou manoir).

Le toit à 4 pans est également appelé toit en pavillon, lorsque les 4 pans égaux se rejoignent en un point de faitage. On l'appelle encore toit pyramidal du fait qu'elle évoque les célèbres constructions antiques. Ce type de toiture pavillon est réservé aux petites maisons d'habitation, ou aux pergolas de jardin.

La toiture à deux pans avec croupe 

Cette forme de toiture en pente à deux pans comporte deux versants supplémentaires plus petits et triangulaires sur les deux longueurs de la toiture.

La toiture à deux pans avec ligne de coyau 

Cette forme de toiture en pente a la partie basse relevée par une poutre, on l’appelle également toiture à comble retroussé.

La toiture à deux pans avec ligne de bris

La toiture à deux pans avec lignes de bris est autrement appelée « comble à la Mansard », ou « comble mansardé », ou encore « comble brisé ». Chaque versant de la toiture est composé de deux pans de diverses inclinaisons.

La partie haute s’appelle le terrasson, tandis que la partie basse s’appelle le brisis. La ligne de bris est l’arête de jonction des deux pans.

La toiture multipans

Les toitures multipans peuvent avoir une structure de très simple à très compliquée, seule l’imagination de l’architecte (et le budget) limitent les possibilités.

Quel type de tuile utiliser sur un toit en pente ?

Il existe des tuiles en terre cuite (résistantes aux intempéries, mais fragiles), en ardoise (lourdes et chères, mais intemporelles), en fibrociment (économiques, mais sujettes à la mousse), en verre…

Le matériau de la tuile pour votre toit en pente va dépendre de vos critères esthétiques et techniques : toiture monopente, toiture faible pente, etc.

Sachez cependant que chaque forme de tuile a sa spécificité :

  • La tuile plate convient aux toits avec une pente de plus de 35°. Elle se pose en s'emboîtant par rainures ou cannelures et en densité importante par rapport aux autres types de tuiles. On en pose donc plus au m2. Néanmoins, il faut noter qu'elle a tendance à être plus fragile que les autres formes de tuiles.
  • La tuile canal convient aux toits peu pentus (20 ° maximum), mais il faudra absolument la poser avec un renfort d’étanchéité. Et une charpente supportant son poids important.
  • La tuile mécanique (ou tuile à emboîtement) convient aux toitures entre 25° et 60° et permet d’obtenir une couverture de toit en pente légère. Les tuiles mécaniques abîmées doivent être remplacées sans attendre pour éviter les infiltrations.
  • La tuile romane est une tuile mécanique à double emboîtement, typique du sud, qui s’adapte aux toits en pente entre 25 et 60°.

L’utilisation de crochets et le type de pose dépendront également de l’inclinaison de votre toit.

Choix de sa toiture en pente par région climatique

La France est divisée en 3 situations géographiques et 3 zones climatiques. Les pentes de toit sont réglementées selon ces zones. L'architecte détermine la pente de toiture par région selon ces deux critères.

pente de toit par région

Copyright Odile Janin - Rapport "Ce que l'on attend d'une couverture - Mise en oeuvre"

Les zones climatiques

Zone 1 : l’arrière-pays à plus de 40 km de la côte et moins de 200 m au-dessus du niveau de la mer.

Zone 2 : région à 20 – 40 km de la côte et/ou située à un niveau de 200 à 500 m au-dessus du niveau de la mer.

Zone 3 : région à moins de 20 km de la côte et située à une hauteur supérieure à 500 m au-dessus du niveau de la mer.

La situation géographique

Dans chacune des zones climatiques, 3 types de sites existent :

  • Situation protégée
    Votre maison est entourée de collines sur tout son pourtour. Votre habitat est protégé du vent, quelle qu’en soit la direction.
  • Situation normale
    Votre maison est située sur une plaine ou un plateau pouvant comporter de faibles dénivellations.
  • Situation exposée
    Votre habitation est exposée au vent. Elle se trouve souvent en première ligne lors d’intempéries. Il s'agit des maisons situées en bord de mer, sur les côtes, les îles ou bien dans des vallées étroites. Ce type d'habitation en situation exposée peut aussi se trouver aux sommets de falaises.

Les pentes minimales en fonction de la situation

Selon la zone géographique et la situation de l'habitation, les toitures doivent être conçues avec une pente minimum.

En zone 1

  • 24 % en situation protégée
  • 27 % en situation normale
  • 30 % en situation exposée

En zone 2

  • 27 % en situation protégée
  • 30 % en situation normale
  • 33 % en situation exposée

En zone 3

  • 30 % en situation protégée
  • 33 % en situation normale
  • 35 % en situation exposée

Comment calculer la pente d’une toiture ?

Il est important de connaître la pente de votre toit, surtout si vous avez une toiture faible penteSi vous n’êtes pas certain de la pente de votre toiture, il existe plusieurs méthodes pour le calcul de pente de toiture.

calcul pente de toit

Copyright www.toutcalculer.com

Méthode de calcul depuis les combles

En vous plaçant dans les combles, repérez un chevron qui part du sommet du toit, puis :

  1. Procurez-vous un niveau d'un mètre de longueur ;
  2. Placez votre niveau de manière horizontale. Une de ses extrémités doit être en contact direct avec le chevron ;
  3. Une fois parfaitement de niveau, il suffit de mesurer la distance entre le chevron et son autre extrêmité. Pour être sûr que votre mètre ruban est bien vertical, utilisez un fil à plomb.

Le résultat en centimètres correspond à la pente de votre toiture en pourcentage.

Méthode de calcul depuis le toit

Depuis votre toit :

  1. Munissez-vous d'un niveau d'un mètre de longueur ;
  2. Dégagez la couverture au niveau d'un chevron sur une longueur d'environ 1 mètre ;
  3. Placez un niveau à l’horizontale : il faut qu'une de ses extrémités soit en contact direct avec le chevron ;
  4. Faites pendre le fil à plomb à l’autre extrémité.

Le résultat en centimètres correspond à la pente de votre toiture en pourcentage.

Autre méthode de calcul

Si vous préférez utiliser une méthode plus scientifique pour calculer l'angle de toiture (moins risquée que de grimper sur votre toit), il existe une formule mathématique de calcul de la pente de toiture :

P (Pente) = H (Hauteur du faîtage) / L (Longueur de la pente) × 100

Sachez par ailleurs que les professionnels disposent d’outils numériques et de logiciels qui leur permettront de calculer facilement la pente de votre toiture.

NB : Le calcul de toiture 1 pan, 2 pans ou multipan se fait selon les mêmes règles.

Degré de pente ou pourcentage de pente ?

Attention, ne pas confondre degré et pourcentage de pente ! Le degré de la pente correspond à l’angle formé par la pente du toit et la ligne horizontale tandis que le pourcentage de pente est le rapport entre la valeur en hauteur pour une valeur horizontale de 100.

inclinaison du toit

Copyright Foxof

La conversion degré/pourcentage de pente de toiture est la suivante :

Degré de pente

Pourcentage de pente

3 °

5 %

4 °

7 %

6 °

10 %

8 °

14 %

10 °

18 %

12 °

21 %

14 °

25 %

16 °

29 %

18 °

32 %

20 °

36 %

22 °

40 %

24 °

44 %

26 °

49 %

28 °

53 %

30 °

58 %

31 °

62 %

34 °

67 %

36 °

73 %

Étapes de construction d’une toiture en pente

Le toit est non seulement un élément fondamental de la maison, mais c’est aussi bien souvent une partie structurelle difficile à mettre en œuvre.  La construction d’un toit en pente fait appel à plusieurs corps de métier et il est indispensable de vous faire accompagner.

Qu’il s’agisse de rénovation de l’ancien ou de construction dans le neuf, les étapes de construction d’une toiture en pente varient quelque peu. Que l’on travaille à partir de l’existant ou pas, la chronologie reste globalement la même :

  1. Étude technique
  2. Plan d’architecte
  3. Démarches administratives et réglementaires
  4. Sécurisation du chantier et pose d’échafaudage
  5. Construction de la charpente selon le calcul des pentes et les pans de toit décidés en amont
  6. Pose des ouvertures et fenêtres de toit
  7. Couverture avec un matériau adapté à la pente
  8. Zinguerie évacuation des eaux de pluie
  9. Isolation et de l’étanchéité à l’air de la toiture
  10. Aménagement des combles (fenêtres, ventilation…)

Prix d’une toiture en pente au m²

Le prix d'un toit en pente est variable selon le type de charpente (traditionnelle ou fermettes), la couverture choisie, la surface à couvrir, la complexité de pose.

La couverture peut être réalisée avec des tuiles et en terre cuite (solution la plus courante) ou en ardoise, mais aussi du chaume ou du zinc, par exemple.

Type

Prix moyen au m² TTC

Prix pour une toiture en pente charpente 2 pans + couverture

100 - 250 €

Prix pour une toiture en pente charpente 2 pans industrielle + couverture + pose

140 €

Prix pour une toiture en pente charpente sur mesure

180 €

Prix pour une toiture en pente tout compris

200 - 250 €

Pente de toiture : quelle sécurité ?

Il est conseillé pour tous travaux ou entretien d’une toiture en pente de recourir aux services d’un professionnel. Ce type d’intervention étant toujours particulièrement dangereux, comme tout travail en hauteur.

Voici comment s’attacher sur une toiture en pente :

  1. Attacher une corde passant au-dessus du faîtage de la toiture et la connecter à un point d’ancrage du côté opposé à la zone de travail. Faire passer la corde de travail au-dessus du toit.
  2. Accrocher la corde avec des anneaux d’ancrage ou des sangles réglables en utilisant une structure fiable.
  3. Installer une échelle et la sécuriser.
  4. Installer un dispositif antichute sur la corde et le relier au harnais.
  5. Utiliser des échelles de couvreur.
  6. Recourir à une ligne de vie temporaire : connecter la ligne de vie à la charpente en retirant une partie de la couverture.
  7. Installer l’antichute sur la ligne de vie temporaire.
  8. Ancrer la corde à la charpente tous les 3 m environ
  9. Toujours travailler à deux, jamais seul.

Toit en pente : les questions fréquentes

Qu'est-ce qu'un toit monopente ?

Un toit monopente est un toit avec une seule pente, c'est-à-dire un seul versant. Les professionnels du bâtiment l'appelle aussi toiture en appentis, toit à long pan ou toit en cul levé. Ce type de toit est souvent utilisé en montage, afin d'évacuer facilement la neige.

Quelle est la pente minimum ?

La pente doit être d'au minimum 20 % pour être un toit en pente. En deçà, le toit est considéré comme plat.

Quel est la pente minimum pour des tuiles ?

La pente minimum pour poser des tuiles dépend du type de tuile. Une tuile canal nécessite un minimum de pente de 13.5 %. La pente minimum pour une tuile plate est de 31 %. La tuile canal reste l'idéal pour une toiture faible pente

Consultez nos autres articles sur la pose et la construction d'une toiture.

Comparez les tarifs des couvreurs